jeudi, décembre 18, 2014

Rêve.

Je vais à la campagne chez Claire, elle donne une réception, je n'y suis pas invitée, la porte de la salle à manger est entrouverte, je l'aperçois dans une robe d'été très simple, bleu ciel, bras nus. Des invités s'en retournent, je vais en profiter pour faire du stop.
Dans une salle de village, on me place au dernier rang pour voir un film tourné par Alain Resnais. J'ai participé au tournage mais  ne sais ce qu'il en est resté au montage. Sur l'écran apparaît Claire en gros plan , elle rit de bonheur, elle est très belle et joue très bien,  la caméra  panote sur le regard noir de son mari, Jean-Claude Drouot. D'autres acteurs font aussi des plans séquences.
Claire s'est mise debout sur le rebord de la fenêtre â côté de moi, pour mieux voir le film, En voulant redescendre je lui frôle le genou, elle est déséquilibrée, elle tombe dans le vide.

Envoi d'Agnès -photos surréalistes

pièce(s) jointe(s) :
1 fichier(s) Photos surr...pps

    mardi, décembre 16, 2014

    16 décembre 2014

    La mort de Michel Caen


    JP m'apprend la mort de Michel Caen, survenue hier soir, 15 décembre 2014. 
    http://susauvieuxmonde.canalblog.com
    Sa disparition est un coup dur pour les amoureux du cinéma de mauvais genre (d'abord le film fantastique et d'horreur), dit "bis", dont il fut un des premiers et des plus ardents défenseurs dès le début des années soixante. Michel fut la principale cheville ouvrière et un des cofondateurs de l'irremplacé Midi Minuit Fantastisque. Il travaillait avec Nicolas Stanzick, chez Rouge profond, à la réédition de la revue en quatre volumes. [Nous en avons parlé  ICI, notamment]

    http://susauvieuxmonde.canalblog.com

    Jacques Sternberg et Michel Cean partaient souvent ensembles pour des virées Bruxelloises, Michel s'arrêtait généralement à la Gare du Midi où sévissaient ses films d'importation "Fantastique, Terreur, et des films de nus. Nous, allions faire la cour au directeur de la cinémathèque Jacques Ledoux qui nous projetait des Lubitch....

    Envoi d'Agnès - Jetez vos réveils!

    http://www.chonday.com/Videos/alrmcats2http://www.chonday.com/Videos/alrmcats2

    Cette magnifique histoire d'un chat qui a fait plus d'un millier de km en 18 mois afin de retrouver sa maîtresse, est-elle vraie? Je me souviens d'un chat à la maison qui avait la gale, ma mère craignant la contagion pour ses deux petits enfants m'a demandé de prendre le 96 jusqu'à la Porte des Lilas et d'y abandonner la pauvre bête. L'animal a mis huit jours pour revenir rue de Turenne. Ma mère m'a demander de reprendre l'expédition et d'aller plus loin, j'ai refusé, elle est partie je ne sais où mais la bestiole n'est jamais revenu. ( j'avais 14 ans, Dorothée )

    lundi, décembre 15, 2014

    La petite lâcheté ordinaire

    La petite lâcheté ordinaire, qu'y faire? J'ai toujours penché pour le charme,  je n'y résiste pas, force m'est de  baisser les bras devant le vide  que crée cette relation. Un enfant qui vous fait une ruade tel un mauvais cheval, on se trouve sans arme devant lui, mais un adulte? Reste la fuite, la solitude, tant de gens ont le don de se protéger, la mauvaise foi des forts en gueule est évidente.
    Fais ceci! Dis pas çà! Celles que j'appelle " des maîtresses d'école" voudraient que l'on soit née d'elles, c'est une lutte pour le pouvoir, un coup de semonce, un coup de charme, souvent de la générosité, donc vous êtes forcément une ingrate.


    mercredi, décembre 10, 2014

    Michelle Nadal


    Michelle NadalA l'invitation
    d'Emmanuel Oriol,
    directeur du Conservatoire Georges Bizet,

    Michelle Nadal,
    Catherine Augé et Sophie Ardillon

    présenteront le film :

    Cinéma, Recherche, Danses de bal

    le lundi 15 décembre à 19h30
    dans l'amphithéâtre du conservatoire,
    54 rue des Cendriers 75020 Paris

    Ce film propose une approche historique et une analyse des liens qui unissent l'univers du bal et celui du spectacle, arpès la naissance de l'outil cinéma.
    Il souligne le côtoiement et l'interpénétration constante des formes populaires et des formes savantes.
    Alternant documents filmés et reconstitutions scéniques, cette conférence-spectacle, donnée en 2005 au Conservatoire d'Art Dramatique de Paris montre l'évolution des répertoires traditionnels et leur adaptation aux nouveaux apports de la musique (en particulier du jazz).
    A partir de sources diverses (traités, écritures, collectages..), on revit des formes pittoresques plus ou moins oubliées du répertoire "Rag Time" (Early tango, boston, valse-hésitation, matchiche, one-step animalier), du "swing" (premiers charlestons, lindy hop des origines), et des formes "musette" (chaloupée, java, toupie).
    Les "météores" du moment (Isadora Duncan, Fred Astaire, Loïe Fuller) sont également présents dans un panorama historique destiné à tous, petits et grands.

    Des gens intelligents -Théâtre de Paris

     auteur - Marc Fayet
    Dimanche, Michelle Nadal nous avait invitées à une représentation de la pièce de l'un de ses anciens élèves de la rue Blanche, Marc Flayet, "Des gens intelligents", il y joue avec sa troupe et le public se tord de rire,
    Michelle nous a offert le café avec son poulain à qui elle avait  appris à danser, il est délié, beau, et intelligent évidemment, Ce troquet qui jouxte le théâtre ne m'était pas inconnu, près du Mogador, nous y allions dans les années cinquante entre deux représentations des opérettes de l'époque. J'aime quand les choses tournent rond.

    Partir en dormance

    C'est l'expression très jolie d'agriculteur "partir en dormance". Grace au froid, au gel, la terre va pouvoir se reposer, les petits insectes disparaîtront, donc l'homme n'aura pas à intervenir avec des insecticides pour la prochaine récolte.
    N'étant pas en charge de famille pour les fêtes, j'hiberne donc aussi.
    Je ne peux tomber en dépression, ce serait saloper le travail du Professeur Aimery de Gramont et son équipe de soignants.

    samedi, décembre 06, 2014

    Claire Denis -clôture du festival à la Gaité Lyrique

    Cette nuit, j'´ai rêvé être prise dans un piège dans. Un lieu de spectacle et d'avoir accepté un tournage sans scénario,  une improvisation dans un porno me semble t-i.l je. Demande quel en sera le réalisateur "Claire Dénis"Cela me rassure j'ai vu un film d'elle sur les combats de coqs, très violent mais très beau. Après tout à mon âge je n'ai plus rien à perdre, je n'ai même plus de corps. Autour d'une table ronde un femme brune avec ses collaborateurs, elle m'accueille gentiment"Vous êtes la comédienne qu'il faut pour le rôle. Un jeune homme commence à se maquiller, il prend l'air méchant, il fait peur. Sur le mur est projeté l'image de Catherine Deneuve nue de doś elle est magnifique, aucun défaut, je ne pourrais la concurrencer.
    Sur un email ce matin, l'invitation à voir le film de clôture de Claire Denis.
    A la sortie, Philippe Emanuel Sorlin a qui je raconte mon rêve, justement il est accompagné d'un réalisateur qui  est en train de tourner un porno.

    Ces enfants là...du telethon

    J'ai honte de me sentir patraque face à ces enfants malades  dont la parole sans pathos nous fascine. Ils gèrent leur handicap  en toute conscience avec dignité, on devrait en prendre de la graine, Laurence, une infirmière nous racontait que le plus émouvant c'est qu'ils disaient "Merci! après une piqure, sachant que c'était pour leur bien.

    mardi, décembre 02, 2014

    Boris Cyrulnik- Les âmes blessées

    Au magazine de la Santé Boris Cyrulnik, psychiatre" 68 a libéré les femmes mais aussi à donné la parole aux psychiatres, on ne parlait plus de fous, mais de malades mentaux, et la cruauté des soins comme à Saint Anne, a cessé" (genre charcutage sur le cerveau, électrochocs pratiqués en dortoirs devant trente malades apeurés, ça, je l'ai vécu en 1952, quand j'étais danseuse au Mogador et harcelée par César, un musicien vieux garçon qui n'a pas été inquiété, il faut dire que je ne l'avais pas dénoncé par compassion, pour ce faux oncle gâteau, et par crainte que mes parents ne me retirent du théâtre.

    Une déferlante à La Gaité Lyrique

    Vuhttp://www.art-action.org/ la gratuité de la soirée pour ce Festival de films, des jeunes en bande, une partie de la queue à du renoncer à la soirée. J'étais curieuse de revoir ce lieu, nous y avions été fascinés  durant quatre heures par "Le Regard du sourd" de Bob Wilson, dans les années 80.
    Le décor à changé plus de théâtre à l'italienne, se sont des modules modernes qui accueillent des films, des concerts...