mercredi, octobre 22, 2014

Bruxelles-Jacques Sternberg-Dominique Vautier

https://docs.google.com/file/d/0B2caqWsSJWacX2Rub3BZbjRUb0E/edit?usp=drive_webhttps://docs.google.com/file/d/0B2caqWsSJWacX2Rub3BZbjRUb0E/edit?usp=drive_web

https://docs.google.com/file/d/0B2caqWsSJWaceVVMekVxa0RjUms/edit?usp=drive_webhttps://docs.google.com/file/d/0B2caqWsSJWaceVVMekVxa0RjUms/edit?usp=drive_web
Dominique Vautier est la nièce de Jacques Sternberg, je n'ai pu venir au vernissage pour ne pas créer des tensions familiales avec le fils de...

mardi, octobre 21, 2014









Ce soir, Tasher Desh, de Q.
Tout le contraire de Bollywood. Cinéma alternatif de Calcutta. En présence du réalisateur.
Personne d'autre n'a encore montré ça à Paris.

Le Reflet Médicis, 3 rue Champollion Paris (4°) 20h30


F. Tachou

dimanche, octobre 19, 2014

Le baume

Je me suis sentie Nobelissée grâce à Patrik Modiano qui m'avait citée lors d'une interview faite à Catherine Deneuve en 1997 dans les Inrockuptibles.

mardi, octobre 14, 2014

http://www.trouville.fr/images/stories/Actus/2014-09/MargueriteDuras-Programme.jpg
Bonjour � tous, L'avant premi�re de "La fin de la pellicule" aura lieu � 20h30 : Le vendredi 7 novembre � la Maison des Auteurs de la SACD 5/7 rue Ballu 75009 Paris (M�Blanche ou Place de Clichy) En pr�sence de l'�quipe du film La projection sera suivie d'un verre Venez nombreux ! Au plaisir de vous voir Bien � vous Laetitia LA FIN DE LA PELLICULE Fiction / 15 minutes / Super 16mm Un film �crit et r�alis� par Laetitia Lambert Avec : Teresa Demarcy Motta, Doroth�e Blanck et Jean Paul Moatti Images : Laurent Dhainaut Son : Vincent Bordelais Montage : C�cile Frey Montage et Mixage son : Ivan Paulik Produit par : Zone sensible & Sunflag

En attendant Duras...

Hier soir j'ai vu la première Durasienne, nous avons marché sur les planches faisant foin du vent qui nous battait les sangs, jusqu'au Roches Noires où ou cette infirmière cultivée qui loue chaque année dans le saint du saint pour assister aux journées Marguerite Duras à Trouville

dimanche, octobre 12, 2014

Dés que je sens ma tête fraîche je sais que le corps s'est réparé comme si les neurones se décrispaient lorsque le douleur s'en va. Après ma chute j'ai bullé durant trois semaines à la terrasse chez Willy. Parfois, des copines allant à la plage, prenaient le temps d'un café pour me tenir la jambe.Maintenant il fait froid, la pollution parisienne nous maintiendra au chaud durant les frimas.. Et les métastases n'ont qu'à bien se tenir, 60mg de Tamoxiféne par jour me paraît bien généreux de la part de l'oncologue professeur de Gramont qui comme d'autres grands pontes ont quitté les CHU de Paris, je n'avais pas mes lunettes au bistro mais il y a un article dans le journal du dimanche qui explique cette désertion, je le suivrais bien entendu à l'hôpital Franco-Britanique à Levallois.

samedi, octobre 11, 2014

Sous les obus et durant les enlèvements et exécutions... Sous les obus tirés par milliers sur la bande de Gaza, c'est à dire sur les populations civiles, les vieillards et les enfants et durant les enlèvements d'occidentaux condamnés à mourir quoique n'ayant pas participé aux tractations lucratives Occident contre Orient et n'ayant eu aucun pouvoir décisionnel, nous nous avons développé nos actions en faveur de la paix, en faveur de la lecture des œuvres de Jacques Sternberg. C'est peu dire que l'actualité va encore plus vite, aujourd'hui presque à la vitesse des fusées, plus vite que notre saisie sur le clavier de l'ordinateur, cette grand machine à compter plus qu'à écrire. A Bruxelles, Dominique Vautier a mené à bien un projet rêvé depuis quelques années autour des collages de Sternberg environné d'œuvres des dessinateurs de presse qu'il valorisa aussi longtemps qu'il fut chroniqueur dans la presse. Cette exposition se situe dans le même espace-temps que celle proposée par Yves Frémion à Paris, à la galerie Glénat, laquelle faisait également une synthèse des cartoonists un peu trop vite oublié au profit des auteurs de bandes dessinées. expo J Sternberg à Bruxelles Parallèlement, les éditions Cactus inébranlable publient un inédit de Jacques Sternberg la sortie est au fond du couloir, un tapuscrit minutieusement revu et relu par Bernard French Keogh et Eric Dejaeger,Editions Cactus Inebranlable Pour le printemps prochain, en 2015, on annonce un dossier et mini anthologie consacré (enfin!) à la science-fiction de Jacques Sternberg rendez-vous parfois manqué et souvent à l'heure, voire à l'anticipation de cette même heure, mais attendons un peu de faire la révision de notre fusée pour en reparler. Quelques surprises donc pour patienter : Les « contes froids » récupérés par Jean Mertens dans Le Monde de jadis, blog J. MErtens Le film réhabilité de Piotr Kamler, La planète verte, pour lequel Jacques Sternberg écrivit l'argument et qui est parmi le meilleur de sa production en la matière, ou en l'antimatière c'est selon. Le film de P. Kamler Le lien a été enregistré sur le site l’Iconoclaste, rubrique ‘Inventaire/filmographie’. Isabelle Mette, en charge à la BNF du fond Jacques Sternberg, a publié dans le numéro 46 de la revue de la BNF un article sur les tapuscrits. L'article de la BNF sur J. Sternberg Une copie pdf a été enregistrée sur le site l’Iconoclaste, rubrique ‘Analyse/Commentaire’. Pour votre rentrée scolaire je trouve que ça n'est pas si mal. Evitez de passer entre les obus, qu'on puisse vous retrouver la prochaine fois. Site l’iconoclaste : http://jacques-sternberg-liconoclaste.perso.sfr.fr