samedi, décembre 31, 2011

Nous sommes dans l'insoutenable avec des repères éblouissants -Paul Eluard

bizarre!

J'ai rêvé que je regardais par la fenêtre pour connaître le temps Un cortège tout en noir de voitures et de gens qui suivent à pied, ils sont arrêtés juste en dessous de chez moi, manifestement ils attendent que l'on sorte quelqu'un de la maison d'en face, j'attends pour voir de quoi, de qui il s'agit. Mon enseignant de yoga court à contrario de la foule, il rattrape au passage un bout de salade tombée sur le remblai d'une fenêtre, ses sauts lui font perdre à nouveau la laitue, il la reprend à bout le bras, continue sa course et disparaît: Il me semble que pour un homme de quatre-vingt-ans, ses enjambées sont bien juvéniles.

David Copperfield- France2

Les italiens se sont très bien tirés du très british roman de Charles Dickens Je ne dirais rien de la version moderne de La belle au bois dormant... la veille.

vendredi, décembre 30, 2011

L'escalade de la, bouffe, la désescalade du gouter

J'en suis au pain sec, il faut dire que durant la semaine je me suis offert un petit chocolat avec pain beurre-miel, ça suffit, demain je vais faire l'impasse sur le souper réveillon, à chacun sa médecine, ne pas prendre de nourriture pour compenser un manque affectif!

mercredi, décembre 28, 2011

La Chambre des Merveilles

Le vernissage de notre exposition s'est déroulé en présence de messieurs Philippe Augier et Christian Cardon, maires de Deauville et de Trouville sur mer, l'évênement continu jusqu'au 4 janvier 2012.
Milsthein n'ayant pu être présent pour le vernissage, c'est à la demande de beaucoup qu'il sera parmi nous ce vendredi 30 décembre de 14 à 19heures.
Venez nombreux partager le verre de l'amitié en sa présence.

"La Chambre des Merveilles"
22/24 rue du Docteur Couturier à Trouville sur Mer

dimanche, décembre 25, 2011

Depardieu- Raspoutine- Josée Dayan.


Gérard Depardieu a la faculté d'être autant féminin que masculin ce qui lui donne une large palette pour interpréter ses personnages; Il est Raspoutine comme il peut être une folle dan un film de Blier, avec autant de vérité viscérale. Il y a des gens dont l'ambivalence est insupportable à vivre, mais on ne s'ennuie pas, c'est comme les montagnes russes dans les manèges.

Du 30 novembre au 6 janvier
Exposition de Camille Hermant et Francis Chirot
Cette exposition propose au visiteur une déambulation poétique. Ses pas attentifs le mèneront devant une succession d’étrangetés, parfois fantastiques, souvent graphiques, toujours poétiques, inspirées par les promenades de la photographe Camille Hermant le long des plages de Trouville et de Deauville. Francis Chirot réalise ses créations d'art originales en résine, plâtre, acier ainsi que des sculptures en pierre. Ces créations sont parfois un peu abstraites, parfois clin d'oeil à la propre interprétation de chacun, parfois plus figuratives ou voire aussi un peu 'délire ', mais jamais répétitives et de matières différentes comme les sujets traités.

Du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h - Mairie- Trouville - Accès libre

samedi, décembre 24, 2011


Même la divine Greta Garbo n'arrive pas à sauver ce Grand Hôtel, pour m'en consoler, j'ai voulu écouter la messe de minuit, l'église de mon quartier est fermée,Diable! Va pour l'orgie, en place de yaourts maigres, j'en mange au chocolat.

Le Prince Rudolf Noureev



Ce soir, sur Arté, on nous offre "La Belle au bois dormant" du Bolchoï.
C'est dans ce ballet dansé au Théâtre des Champs Elysés (1961) que j'ai vu pour la premier fois Rudolph Noreev, plus princier que lui, il n'y avait pas! Et il n'y a plus! Nous buvions ses saluts comme de l'eau bénite; ils étaient un spectacle en soi, personne n'avait son charisme sauf le pape polonais dont je suis tombée amoureuse jusqu'au jour, la honte,où il avait interdit le préservatif. Peut-être suis-je de parti pris! Tessa Beaumont dansait la Fée Lilas, une jeune femme rayonnante que je voyais lors de notre barre chez Nora Kiss, ingrate et d'une pâleur de rousse, il faut dire que nous n'avions que quatorze ans. et devant nous s'exerçait Ethéry Pagava que j'adorai, elle était déjà la grande étoile chez le Marquis de Quévas.
Bref, regardons cette nouvelle mouture!

Y'a de la joie-Charles Trenet

Sans lui, nous serions tous des experts comptables!(Jacques Brel)
"L'important c'est de bien vieillir!-et comment fait on pour bien vieillir?-Je ne sais pas, je ne suis pas vieux!" répond Trenet (80 ans)
La poésie c'est l'art de rêver!

jeudi, décembre 22, 2011

De deux choses l'une, l'autre c'est le soleil! (Jacques Prévert)

Le Gala de l'Union des Artistes-France2

Ils ont mouillé leur maillot, et les filles sont toutes belles. Pour avoir tenté à 52 ans quelques mois le trapèze, Pierre Bergam nous appelait: Les mémées volantes!, je sais ce que coûte la moindre figure d'école, tendinites et cie, Je suis émue et épatée par le courage et la performances de ces artistes dont le cirque n'est pas le métier. On sentait qu'ils étaient heureux les uns des autres de réussir leur numéro respectif.
L'émission, enregistrée le 21 novembre dernier, rassemblera Bruno Solo, Nolwenn Leroy, Catherine Jacob, Emma de Caunes, Mathilda May, Shirley et Dino, Marianne Denicourt, Zabou Breitman, Amel Bent, Natasha St Pier, Estelle Lefébure, Anna Mougalis, Héléna Noguerra, Ilona Smet, Nubia Esteban, Julien Cottereau, Natalie Dessay, Noé Robert, Alysson Paradis, Pef, Dominique Pinon, Florence Thomasssin, Irène Jacob, Claudia Tagbo, Mélanie Bernier, Jeanne Cherhal, Alexie Ribes, Chloé Renaud et Joyce Jonathan.

mercredi, décembre 21, 2011

Agnès de ci de là Varda

Je ne me souviens plus, (il y en avait tant:Portraits brisés), du nom de cet artiste qui a dit: On a tous un cadavre en nous, l'enfant mort de notre enfance!
C'est terrible de tuer quelqu'un, il est encore pire de lui retirer son identité!
Je répondrais que le plus courant, ce sont les créateurs eux-mêmes qui rejettent leurs créatures.

La Charette-Robert Desnos

L'esprit purifié par les nombres du temple, la pensée ressaisie à peine par la chair, déjà, déjà le premier bruit sourd hivernal de la vie du coeur froid de la terre, monte, monte vers le mien; C'est le premier tombereau du matin, le premier tombereau du matin, il tourne le coin de la rue, et dans ma conscience, la toux du vieil éboueur m'ouvre comme une clef, la porte de mon jour. Et c'est vous, et c'est moi, ma vie.Vous et moi!.. Et je me lève, et j'interroge les mains d'hôpital de la poussière du matin sur les choses que je ne voulais pas revoir...La sirène crie et crie sur le fleuve.
Ce poème m'a toujours hantée, il faut dire que c'est le seul que j'avais appris par coeur pour le réciter à Charles Charras professeur chez Dullin. Son verdict:Tu as la présence de l'absence! De découragement, j'en suis restée là.

La Mairie de Trouville nous offre un tour en carriole tirée par deux percherons lesquels font d'habitude le ramassage des bouteilles vides, je n'ai pas résisté à ce plaisir enfantin, être secouée et entendre les sabots des chevaux sur l'asphalte.

Questions au gouvernement -Assemblée nationale- Fr3

L'autisme devrait être décelé dès l'âge de deux ans au lieu de six actuellement, ainsi on aurait une chance de guérir ces enfants, qui finissent souvent à l'âge adultes dans des hôpitaux psychiatriques.

Combattre on ne sait comment le frelon asiatique qui prolifère dans le sud-ouest et n'a pas de prédateur, il appauvrit l'agriculture et la polanisation en détruisant les ruches, et de plus sa piqûre est un danger de mort pour l'homme.

(125)*Nous arrivons pour un tournage, Renaud et moi, dans un pays nordique. Dans le palace j’ai une suite de vedette. Renaud est le chef-opérateur du film, allons- nous faire chambre commune, comme dans la vie ?
Il est tendre, il me tient par les épaules, et pendant que la régie installe des glaces pour le maquillage, il propose que nous allions à la piscine. Mes racines ne sont pas faites, il y a les essayages de costumes, tout un planning pour la mise en route, mais personne ne me demande rien pour la première journée. Renaud invite une jeune fille aux hanches pleines à se joindre à nous. Elle n’a pas de maillot, il lui tend un gros billet pour qu’elle s’en achète un. J’enfile le mien, qui est filé. C’est un collant entier de danseuse, Renaud m’aide, le trouvant suffisant. La jeune fille est assise par terre près de lui, ses cuisses nues très appétissantes. Comment vais-je pouvoir travailler, alors que je suis déjà virtuellement cocue ? A la boutique de l’hôtel je cherche une toilette, des bas, un jogging, un pyjama, comptant sur mon statut de vedette car je n’ai pas un sou. Je n’ai qu’une paire de chaussures dorées et un sac minable qui ne contient que des fards périmés. Le magasin va fermer, je ne trouve rien qui m’aille.
Je dois dormir dans une chiotte. La porte battante, sur le modèle des toilettes d’école, permet de voir de l’extérieur s’il y a quelqu’un. L’odeur est d’autant plus forte qu’il n’y a pas d’eau, que des matières fécales restent dans ce W.-C. à la turque. Je ne peux m’allonger sur la terre meuble avec ces odeurs dans le nez.
Du coude au poignet je suis aussi velue qu’un animal aux longs poils frisés et gris comme mon pubis. Comment se fait-il que je n’aie pas songé à épiler cette toison ?

mardi, décembre 20, 2011

C dans l'air - France 5 "Crimes, la part des fous"

Un coup de couteau= un criminel!
Cent coups de couteau= un irresponsable!
Les psys se basent sur: Le sens de la transgression- La capacité à débattre avec soi même- L'altération du discernement- Altération de l'empathie à l'autre.
Les drogues illicites tels l'alcool et le cannabis désinhibent et potentialisent 17 fois les problèmes de santé mentale.
Le meurtrier de masse signe sa mort avant de se suicider.
Le meurtrier d'Oslo(77 victimes)s'est senti insulté d'être considéré comme irresponsable, c'est un acte de guerre pour sauver l'occident.(terroriste)
Le xysophrene est désorganisé- Le paranoïaque est très cohérent. Le premier peut être soigné en psychothérapie notamment, pour le deuxième il n'existe pas de chimie.
Demi fou, double peine! les jurés en ont peur, alors ils tapent plus fort.
Le tueur de Liège avait fait plusieurs années de prison, profil psy normal ont dit les experts: Il faut trois avis de psychiatres concordants.

Agnès de ci de là Varda - Majorque-Bruxelles- musée de Magritte-Arté

Non pas un documentaire, des fragments, des instants, des personnes! dit Agnès Varda. Un feuilleton de feuilles, en quelques sorte! elle venait de nous montrer son arbre qui avait refait son feuillage durant les trois mois d'absence de la réalisatrice. Il y a beaucoup de chaises dans le musée, je me souviens de celle que Joris Ivens avait juchée sur le haut d'une dune afin de s'y asseoir en attendant de pouvoir filmer le vent du désert.
Scutenaire nous avait accueillis Sternberg et moi pour nous montrer tous les Magritte qui couvraient ses murs sur trois étages. Il y avait un dessin que j'aurais bien offert à Sternberg: d'un seul trait le contour d'un homme avec son nez et un sexe qui se reliaient. Scutenaire, ami et éditeur de Magritte était un délicieux homme, il m'avait offert son album que j'ai malencontreusement prêté et jamais retrouvé, et sa femme, une plaquette de poésie de son cru.

Comme toujours dans les reportages de Varda il y a des morceaux d'anthologies: à Stockolm, une jeune journaliste radieuse, portant son crane chauve avec panache. au Portugal un happening où deux hommes jettent sur leurs figures des vases en argile,les modèlent en forme de têtes d'oiseaux, puis les fracassent sur un mur dans lequel ils disparaissent eux mêmes.

Miquel Barceló, né le 8 janvier 1957 à Félanitx sur l'île espagnole de Majorque aux Baléares, est un artiste espagnol catalan associé au mouvement néo-expressioniste. Bien que Miquel Barceló se soit initialement consacré à la peinture et au dessin, grâce auxquels il est devenu l'un des artistes contemporains les plus en vue et a obtenu une reconnaissance internationale très jeune[2], il s'est également orienté dans le courant des années 1990 vers la sculpture et la céramique comme supports de création artistique alternatifs. Barceló a également reçu deux importantes commandes, l'une pour la réalisation des décorations de la Chapelle Sant Pere de la Cathédrale de Palma de Majorque en 2007 et l'autre de la part de l'État espagnol pour la coupole du Palais des Nations de l'ONU à Genève en 2008.
Depuis quelques années, Miquel Barceló vit et travaille en alternance à Majorque, à Paris, et au Mali sur la falaise de Bandiagara[3],[4]. Il a reçu, en 2003, le prestigieux Prix Prince des Asturies pour les Arts.

lundi, décembre 19, 2011

Casse noisette -Tchaïkosski-Opéra de Dresden-Arté


La seule sortie que j'avais faite à Dresden avec mon père était pour aller à l'Opéra, il pleuvait, il avait néamoins lavé sa petite Renault blanche, nous n'avons pu entrer, l'étoile était grippée, point de ballet, il n'a pas réussi à me faire visiter la salle. Mais vingt ans plus tard, grâce à Arté!!! C'est somptueux!

Agnès de ci de là Varda-Arté

Manuel Oliveira le 3 juillet 208 à la cinémathèque

Manuel Oliveira à 103 ans, octroie à la caméra de Varda, un petit pas à la Charlot.
La solitude, je n'en ai pas l'expérience, pas encore! Nous sommes avec l'ange de la création, nous sommes toujours accompagnés! Nous ignorons les formes obscures qui nous gouvernent! Je travaille sur les conventions,le réel n'existe pas!


Le temps ne fait rien à l'affaire, Chris Marker reste toujours aussi mystérieux que le chat qui est son emblème, Agnès nous présente son atelier, le labyrhinte de son oeuvre! en filmant juste les mains du cinéaste.

Il pleut, que déverser d'autre!

Un long tunnel que cette semaine, je ne prépare pas de fête, je fais la grève des agapes, c'est un plaisir solitaire, pas solidaire des familles qui attendent des avions qui ne veulent pas voler, de toute façon avec le mauvais temps, il y aura toujours de quoi râler, rien de plus périlleux que l'exercice des vacances. J'ai en souvenir un roman où le héros découvre qu'il ne supporte pas la vie dans cette fausse liberté, et il s'avance dans la mer, j'ai donné ce septembre, j'ai joué deux fois la scène dans des kinos, c'est jouissif de s'en tirer à si bon compte.

Le couple Laurel et Hardy se font arracher une dent, de quoi rire, ce n'est pas la bonne! Mon professeur sourire avait fait de même une fois, il n'a pas perdu son temps, il m'a facturé l'opération deux fois!

dimanche, décembre 18, 2011

La Chambre des Merveilles


Une vraie caverne d'Ali Baba que cette Chambre entre les peintures de Swy Milstein- Benjamin- Christine Jean- des objets ethnographiques. Du 16 décembre 2011 au 4 janvier 2012 au 22-24 rue du Docteur Couturier à Trouville-sur-Mer.

Chœurs de Trouville Laura Rabia- Téléthon

Thème, le bonheur contre Vents et marées, en cela Laura a réussi avec ses chanteurs à adoucir notre soirée, d'autant qu'après le concert, on nous a gâtés avec le buffet maison préparé par ces artistes amateurs.

samedi, décembre 17, 2011

TéléChat -Topor-Arté



Levée tôt je regarde la télé et tombe sur l'émission crée par Roland Topor que je n'avais jamais vue de son vivant, j'ai le sentiment d'un petit Coucou! amical.

jeudi, décembre 15, 2011

Cinémonde (vintage) sur la toile rien ne se perd



Concours de circonstance, dans l'émission de Stéphan Berg,"Comment ça va bien" La pin-up est une fille que l'on punaise.

Le timbre

Je me souviendrais toujours de cette pauvre vieille bretonne qui avait été condamnée à de la prison car elle avait réutilisé un timbre poste pour envoyer une lettre.

mercredi, décembre 14, 2011

Toute une vie- France2

Le pervers narcissique est très habile pour séduire sa proie, il souffle le chaud et le froid, il n'y a qu'une chose à faire:Fuir!
Les traîtres ont des difficultés à aimer, ce sont des invalides de l'amour!

mardi, décembre 13, 2011

Notre deuxième cerveau "Incroyables expériences"

Environ 7m de long et 300m carrés de surface, vaste plage,(à propos de plage un humoriste a dit qu'il y avait deux sortes de galettes en Bretagne: celles au sarrasin et celles au full).Jamy Gourmaud est parfait en apprenti sorcier, autrefois nous avions le Reader-digest qui vulgarisait des trucs.
J'avais une copine très compliquée, elle avait des verticules qu'il fallait vider une fois par an.

lundi, décembre 12, 2011

Elles, veillent gracieusement sur la maison de Walter Lewino

De quoi rêver!


photo Walter Lewino
Bonaparte ne dormait que quatre heures par nuit; Einstein, lui, onze heures. Et cette marmotte qui en avait marre d'être dérangée dans son hibernation,elle a grignoté les fils d'un téléphérique, ce sont les skieurs qui ont dù hiberner durant 7 heures à huit cent mètres de hauteur dans une cabine.

dimanche, décembre 11, 2011

Lever le pied, ou rien! Cette devise j'en prends soin, je prends le train.

Une jeune femme a regardé son compagnon une vingtaine de fois en lui parlant, lui, opine du chef, l'oeil dans le vague, puis reprend sa lecture. Elle, fourrage dans son portable. Puis les mots fléchés l'absorbent, elle en fronce le sourcil.
Il vient de l'embrasser sur la bouche, puis il baîlle. Je pense à Un soir, un train, d'André Delvaux où Montand ne dit mot à Anouk Aimé durant le trajet Paris-Liège.
Le voila qu'il s'endort sur l'épaule de sa compagne.
Je suis comme une sangsue qui s'imprègne de la vie des autres.
Je n'ai que ma santé apparente qui tient lieu de juvénilité.

Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" Michel Audiard

Chez Drucker Vivement Dimanche- La Bretagne

Elle a vraiment des étoiles plein les yeux, Nolween Leroy. C'est prenant et lancinant ces musiques celtes.

L'un parle, les autres rient: Yves- Christophe- Walter.

samedi, décembre 10, 2011

Kristina Wagerbauer - Antoine Arnoux - Off-courts Trouville 2011


Antoine sculpteur de son métier tient un gîte insolite"Le bus impérial" en Normandie WWW.gite-roulotte-deauville-honfleur.com

vendredi, décembre 09, 2011

(124)*Je ne sais plus par quelle technique, mais j’arrive à faire sauter des gens comme en état d’apesanteur. Puis ma mère me dit:
« Je vais aller faire la sieste.
- Tu n’as pas peur que des gens te voient, le valet ?
- Où est le problème ? »
Effectivement, elle se vautre sur le lit de mon ex-patron-amant, et ils copulent sans vergogne, au su de la maisonnée. Ma mère a réussi là où j’ai échoué: ne pas faire mystère de leur liaison, du coup ça se passe très bien au lit.
Le vendredi est toujours flottant, je ne peux voyager avec ma carte senior.

jeudi, décembre 08, 2011

Les fables de Mingus

Tilly m'amène à un concert de Jazz au Café de la Danse, son ex professeur de chant Isabelle Carpentier fait partie du quintette: Pierrick Pedron (saxopnone)- Daniel Zimmermann (trombone)- Jacques Vidal (contrebasse)- Xavier Desandre Navarre (percussions)en passant rue de Lappe, je lui raconte le French Cancan dansé autant de fois qu'il y avait de cars de touristes, c'est dire que la jambe se levait un peu plus jusqu'à la sixième fournée, mais qu'après, elle redescendait, jusqu'à n'en plus pouvoir à la douzième tournée.
Moi qui suis sans télé depuis presqu'un an, je n'en peux plus de la bouillie diffusée à la radio, ça fait du bien d'entendre du vrai Jazz avec un groupe très soudé.
Je m'assois dans la vieillesse comme dans un fauteuil afin d'y trouver mes aises.

Shame (honte) Steve Mac Queen

Comment comprendre une addiction Quelconque sinon dans le refoulé. Un frère, une soeur, s'envoient en l'air avec frénésie chacun de leur côté, c'est très triste,la chair...

mardi, décembre 06, 2011

Si Dieu existe il faudra qu'il ait une bonne excuse...Raskolnicov dans " Crime et Châtiment " (Dostoievski)

lundi, décembre 05, 2011

L'Ours normand- Fernand Léger- Théātre de la Bastille


Qui peut mieux que le peintre, parler de ses toiles. Dire que durant des décennies j'ai dormi sous les toiles de Léger dans les murs de son ami Daniel Wallard, sans savoir qu'il écrivait aussi. Le drôle c'est que le pharmacien de Trouville mettait les tableaux des artistes à la devanture de son officine, tout le monde pensait que c'était des faux, la vitrine n'a jamais été fracturée.

samedi, décembre 03, 2011

Patricia Lecomte "Il faut rêver très haut"

Livre de photos prises pendant les nuits, lors des fêtes de "l'Humanite"
Patricia LecomteIL FAUT REVER TRES HAUT26 photos
Durant le siècle qui vient de s’achever, les utopies politiques qui ont tenté de se réaliser se sont globalement révélées être des échecs. Depuis presque 30 ans, on entend dire que les utopies sont mortes. Mais le sont-elles vraiment ? Cette série est née d’une...

Le jeu: Sois sur d'avoir épuisé ce qui se communique par l'immobilité et le silence ( Robert Bresson)

Avis aux habitués du blog de Walter Lewino

Pour une circonstance indépendante de sa volonté, question de maintenance, Walter Lewino ne peut éditer sur walterlewino.unblog.fr J'espère que ces problèmes techniques qui durent depuis une quinzaine seront réglés et que nous pourront avoir la primeur de la malicieuse inventivité du Noble Vieillard Facétieux.

vendredi, décembre 02, 2011


Au 17ème siècle, parurent 5 lettres d’amour, anonymes, organisées selon la logique d’une tragédie. 5 lettres écrites dans une langue ardente, mais réservée.

Du 1 Décembre 2011 au 4 Décembre 2011 Jeudi, vendredi, samedi, dimanche

Qui est l’auteur de ces lettres ? La religieuse portugaise, dans la clôture d’un couvent lointain, ou un Chevalier français, familier des salons littéraires ? On est invité à interpréter la passion trahie et ses tourments, que l’auteur sait entretenir stratégiquement dans la jouissance des mots.

Auteur : Anonyme 17ème siècle Mise en scène : Teresa MOTTA

Avec : Marie PLATEAU et Jean-Paul MOATTI

j'ai rencontré Teresa Motta au pot d'adieu de Bruno Riou,je l'ai félicitée pour son rôle dans La vie à l'envers de Laetitia Lambert, Térésa m'a offert de venir voir la pièce dont elle a fait la mise en scène, très subtile...

Bernard Riou part à la retraite

Cet homme de cœur qui suivait avec sollicitude les comédiens; part du Pôle Emploi de la rue de Malte après trente ans de loyaux services, Bruno ne sera pas remplacé, car il est irremplaçable disent ses collègues.

jeudi, décembre 01, 2011


(122)*J’ai un bébé dans les bras. Bizarrement, c’est moi qui me tète le sein. Pour aider à ma jouissance, je toucherais bien en même temps le pénis de l’enfant à nu, mais je n’ose cet acte scandaleux à son égard.

(123)*Cette nuit, un jeune homme met une souris au creux d’une couverture et la fait flairer par son chien. Lequel la croque comme il lui est commandé.
Je suis allongée à côté, et je vois le maître du chien jeter par-dessus la couverture, de façon à ne pas trop tacher celle-ci, un déchet sanguinolent.
Avec un groupe, dans une ville étrangère, je vais dans une superbe piscine construite en forme de labyrinthe. Certains d’entre nous plongent directement. Moi, je me mets tout à fait à gauche, dans le couloir où l'on a pied. L’eau est si froide qu’une femme qui me précède n’arrive pas à avancer; moi non plus.
« C’est l’eau du Tarn qui se mélange à la piscine, c’est pourquoi elle est si froide ! » dis-je.
Nous barbotons donc dans un petit bassin savonneux, et faute de nous rincer, nous nous rhabillons.
Un homme veut me faire visiter la ville, mais il est arrêté par une vieille servante qui lui dit que la comtesse l’attend:
« Ah bon ! Si la comtesse m’attend, excusez-moi ! » me dit-il. Et il disparaît dans le château.
Quelque temps après, une femme assez jolie, l’air frivole, sort du château. Ce doit être la comtesse, forfait accompli. Elle m’enjoint de donner des cours de relaxation à son époux, pour l’occuper me semble-t-il, durant ses frasques. Le mari n’a pas l’air plus net. Assis l’un en face de l’autre nous farfouillons dans nos tissus respectifs. Je demande un bain afin d’enlever le savon qui me colle au corps. Une robinetterie très complexe projette de l’eau sur les parois de la baignoire, et en empêche l’accès. Dans une autre pièce il y a une vraie baignoire pleine d’une eau qui a déjà servi, quelle avarice; j’attends qu’elle se vide.

mardi, novembre 29, 2011

Après midi délicieuse à deviser avec un spécialiste de la SF, C.L....pendant que celui ci mettait à jour mon ordinateur.

La civilité

Dans l'autobus, une banderole: " Soyez classe, cédez votre place." Deux jeunes gens se sont levés, une jeune fille et l'autre fois un jeune homme, ils étaient d'origine maghrébine.

mercredi, novembre 23, 2011

Salim, me signale qu'il y a un article dans le journal "Libé" au sujet de Claude Rich et citant Jacques Sternberg à propos de son scénario dans " Je t'aime, je t'aime"
"C'est drôle! Nous parlions de lui hier au soir! -J'aime que les choses tournent rond."

mardi, novembre 22, 2011

Le train de 13h. A été supprimé, je vais donc trainer au marché en attendant le suivant, à une terrasse, Antoine que je guettais depuis une semaine au bistrot de l'autre côté du pont, j'avais besoin de renseignements à propos d'un IPad.
Puis, arrivée en avance pour la séance de courts métrage au Cinéma des Cinéastes, j'apprends que celleci est a 18h et non a 20h . Heureusement que je n'avais pas pris le train de 16h, trop tard.
Je tenais à voir en particulier, le film de Laetitia Lambert " La vie à l'envers" car j'avais fait un casting pour celui ci et très gentiment elle m'avait envoyé un email d'être au regret d'en avoir choisie une autre, connaissant le script je lui avais alors demandé de m'inviter a la projection, ce qui fut fait, élegament, je le souligne car il est très rare danc ce métier que si vous ne servez a rien , l' on vous ménage. A la sortie je lui ai dit: Je ne regrette pas que vous ayez choisie l'autre. L'autre, est une comédienne portugaise formidable., Teresa Motta
Puis, j'ai pris le 95 qui m'emmenait jusqu'à Montparnasse,
pour rejoindre " Le petit journal " ou jouait ce soir Zanini. Arrivés a Saint-Germain le chauffeur me dit de descendre pour prendre une correspondance vers le Luxembourg, ce qui fait que nous sommes tombés dans les bras l'un de l'autre après dix années ou nous ne nous étions plus rencontrés Salim Jay et moi.

dimanche, novembre 20, 2011

Les intouchables

Chaque réplique fait mouche c'est extrêmement bien interprêté,
c'est une amie qui m'a invitée, nous avons rit toute la séance
C'est terrible ce botox qui rend toutes nos stars égales à leurs rivales, elles ont les mêmes joues, la même moue figée, le regard lissé sans plus d'expression, seul le corps porte le poids des ans, toujours notre enseignant nous disait; Le visage peut tricher, pas le corps! Reste la voix qui ne vieillit pas, gràce à quoi on peut les identifier.

Maux de crâne

A l'école de yoga on nous avait montré des radios d'organes comprimés par une nappe de gaz, ceci afin de comprendre l'interêt des postures qui compriment le ventre, car la bienséance ne permet pas le pet!
Ce préambule pour dire qu'une voisine migraineuse est traitée par de la morphine faute de découvrir la cause de son mal de tête.

samedi, novembre 19, 2011

La présence

Lorsque Patrick Sébastien présente d'une façon dithyrambique ses invités, ils ont l'air bien pâles face aux numéros de cirque, de music hall, des artistes qui sont athlétiques, sexys, élégants, virtuoses, drôles.
Cela me rappelle que marchant dans la rue accompagnée par un couple d'homosexuels; le comédien me dit; Regardes le, je suis acteur, donc narcissique, mais lui, le danseur, il bouffe tout l'espace, ça m'énerve!

"Les grands du rire " France3



Ça fait du bien lorsque cette émission puise dans les classiques sans vulgarité, Bourvil-Bedos-Devos-et les chanteurs à texte qui, s'en se trémousser, font passer des émotions.Les deux chanteuses qui donnent des frissons garantis dès la première note sont deux grandes tragédiennes, l'une dans la chanson, l'autre dans l'opéra; Edith Piaf- Maria Callas

Je voulais parler d'un clochard astucieux flanqué de deux grands chiens, à côté de sa sébile il y a un petit chiot, en s'approchant, on s'aperçoit qu'il est en peluche!
Roger Ladoucette, moniteur de yoga du rire, nous a fait la primeur d'un sketch qu'il va donner dans une maison de retraite: Un homme suit une femme, il est avec un chien, en peluche pour la scène, devant la belle indifférente il finit par tomber, et c'est le petit chien dont la femme s'inquiète, laissant l'homme à terre...

vendredi, novembre 18, 2011

((121)*Chez un jeune médecin, barbu et sympathique, je défèque longuement dans des toilettes à la turque déjà très souillées, ce qui surprend le toubib. Et j’ai toujours envie.
Cet homme est charmant avec moi, me traitant en future maîtresse. Il y a une jeune femme brune, à qui je demande si elle est du signe des Poissons comme moi. Ils s’éloignent tous les deux. Il veut l’embrasser, elle s’y refuse, ne voulant pas jouer de l’équivoque.
Je reste seule et j’entends la voix du jeune homme: « Je suis parti skier aux Grandes Jorasses. » C’est manifestement un suicide. La nuit commence à tomber, qui oserait prendre le risque d’aller le chercher sur cette paroi meurtrière ?

Les pas ne vont pas où le coeur ne va pas ( proverbe africain)

jeudi, novembre 17, 2011

Dumayet-Duras


Cela avait été un émouvant grand moment, l'interview de Marguerite Duras par Pierre Dumayet

Le JT de France 2


Lise Lucet est surement l'une des femmes les plus charmantes du monde; en présentant Jean-Louis Trintignant, elle signe un moment de poésie, d'autant que l'acteur est venu parler de son spectacle sur Vian- Prevert-Desnos.

Cinéma des cinéastes

"La vie à l'envers" de Laeticia Lambert, mardi 22 novembre à 20h.

mardi, novembre 15, 2011

Leurs secrets de bonheur-France 2

La gratitude: Un coeur reconnaissant est un coeur non violent.
Remercier, c'est 25 pour cent de bonheur en plus.
Si vous ne voulez pas être heureux pour vous, soyez le pour les autres.
Le bonheur est contagieux jusqu'à 7km



Le soleil se barre en même temps que les touristes du 11 novembre, à Trouville les petites rues avec leurs ravissantes maisons prennent un air de Noël, c'est à dire désertes, on peut lever le nez...

Moi qui n'ai rêvé que de croisière, malgré ma disponibilité actuelle, je n'ose plus m'y aventurer à cause des pirates. Je ne suis plus assez jeune pour séduire un corsaire au grand coeur tel Errol Flynn dont je voyais tous les films, lesquels me paraissaient le summum du romantisme et de l'érotisme. En voyant cette photo je m'aperçois d'une similitude d'attitude entre les marins voir un peu matador voici donc Jacques Sternberg, et Eric Tabarly que je n'ai pas réussis à séduire, bien qu'il soit venu dîner chez moi sous l'égide d'une amie commune, malencontreusement je lui ai demandé de déboucher une bouteille, hors il venait d'être opéré des mains.

dimanche, novembre 13, 2011

La lune

Une pensée fortement triste, et mon pied fourche en descendant d'un trottoir, la rue d'Amsterdam et très en pente, heureusement que la voiture a pu piler à un mètre de moi, un jeune passant m'a aidée à me remettre debout: "J'espère que vous ne vous êtes pas fait de mal!- Non! De toute façon j'allais au Centre Médical en face!"

Sur un banc, en pensant à Walter, j'émiette un quignon de pain, laissant les miettes de préférence aux moineaux plutôt qu'aux pigeons, les premiers plus petits et plus vifs attrapent toute la manne. A la campagne se sont les mésanges les plus craintives et les plus rapides, mais les systerelles au long becs prenaient deux à trois graines en même temps pour aller casser la graine dans les branchages, tout en surveillant l'heure du petit déjeuner de Lewino et de son lancer à partager ce moment privilégié.

Aux toilettes d'un Magdo il y a la queue, un homme entre avec une petite fille, le temps me parait long, puis, à trois-quatre reprises la fillette crie, je demande à une femme blonde qui attend avec une ado de quatorze ans; "Allez cherchez une préposée- C'est peut-être son père! dit elle d'un air amorphe - Peut-être mais la fillette crie! La dizaine de personnes présente ne réagit pas, j'attends la sortie du monsieur pour l'identifier, il finit par sortir, le petit bout de chou me regarde en faisant une moue de dérision, Ils descendent, et le père, (elle l'a appelé Papa!) se sert d'un gel pour les mains accroché au mur, donc il connaît bien les lieux, et ils se fondent dans la rue noire de monde du quartier Saint-Lazare, j'avais un train à prendre dans les minutes suivantes, avec le spectre de la culpabilité de n'avoir su comment réagir...
Arrivée en Normandie j'ai regardé le ciel et vu que c'était la pleine lune..

Cirque Pinder



Des dromadaires, des lions, des éléphants; ça fleure bon l'animal, le vrai cirque.

Resquilleur n'ayant pas prévu les changements d'horaires


http://walterlewino.unblog.fr"

Marilyn et la petite danseuse

Marilyn Monroe et une « Petite Danseuse de quatorze ans » d'Edgar Degas, 1956
http://susauvieuxmonde.canalblog.com/

samedi, novembre 12, 2011

Lever le pied, encore et toujours!

Cela me rappelle un parkinsonien a qui l'on commandait comme au service militaire: Une, deux! Une ,deux! La droite, la gauche! Ainsi le malade obéissait a cette injonction mécanique et mettait un pied devant l'autre.

vendredi, novembre 11, 2011

Claire Deluca m'a fait découvrir Duras drôle à l'Athénée

texte : Marguerite Duras mise en scène : Claire Deluca, Jean-Marie Lehec4 > 26 novembre 2011
salle Christian-Bérard avec : Claire Deluca, Jean-Marie Lehec, Karine Martin-Hulewicz
adaptation : Claire Deluca • lumières et son : Carlos Perez

Le Shaga,
"À 37 ans, je me suis dit : un lion. C’est ce qu’il me faut… Un lion vivant."
Le Shaga, en vrai, on ne savait pas que ça existait. Et on ne sait toujours pas si ça existe. Ce qu’on tient, en revanche, pour sûr, c’est qu’il existe un texte de théâtre écrit et mis en scène en 1968 par Marguerite Duras qui s’appelle comme ça, et qui eut un temps pour sous-titre Allô, allô, c’est moâ. Pas un texte inédit mais un texte inouï, ou, selon l’auteur, “la chose la plus folle que j’aie jamais écrite”. De quoi s’agit-il ? “Ce sont des gens qui parlent et que la parole entraîne. Il y a là-dedans une gaieté essentielle, un pessimisme très joyeux, un pessimisme qui a le fou rire.” On y évoque un bidon troué, un oiseau bavard, un aller-retour pour Monte-Carlo, et trois personnages, dont une dame qui s’est réveillée un matin “coincée dans le shaga”. Mais le shaga, c’est quoi ? Une langue tour à tour agglutinante et synthétique, peut-être parente du cambodgien ou de l’indonésien, un genre de javanais, ou encore la langue effrayante et jubilatoire d’une folle subversion… Nathalie Sarraute y voyait “un théâtre d’une telle nouveauté qu’il s’affirmera nécessairement” ; Claude Roy écrivait qu’“à grands éclats de rire, de poésie, d’innocence souveraine, Le Shaga abat les murailles de mort”. Créatrice du rôle, Claire Deluca nous permet de découvrir une Duras inattendue, provocatrice et facétieuse, galopant dans les étendues escarpées de l’absurde fréquentées par Ionesco, Beckett et les Monty Python, et sublime, forcément sublime.


Surtout, ne pas jouer la folie- c'est une pièce sur le refus- Pas de psychologie! indique Duras à ses comédiens. Ou, pour le dire autrement comme Michel Foucault: Jamais la psychologie ne pourra dire sur la folie, la vérité, puisque c'est la folie qui détient la vérité de la psychologie!

Claire Deluca 1965-1968 crée plusieurs pièces de Marguerite Duras : Les Eaux et Forêts, La Musica, Le Shaga et Yes, peut-être1993 participe aux rencontres de Cerisy-La-Salle, colloque consacré à Marguerite Duras1995 adapte avec Rachel Salik La Vie matérielle pour la scène
1995 contribue aux Cahiers de la Comédie-Fançaise consacrés à Marguerite Duras à l’occasion de la reprise du Shaga au Théâtre du Vieux-Colombier

Écrire, c'est aussi ne pas parler. c'est se taire. c'est hurler sans bruit
(Écrire 1993)

mercredi, novembre 09, 2011

(120)*Renaud m’invite à un séjour dans une charmante pension de famille, très luxueuse. On n’arrête pas de nous apporter des choses pour agrémenter notre villégiature, ce qui me laisse supposer que nous ne sommes pas en France. C’est une hospitalité désuète, à la mode suisse ou à celle d’Angleterre, plus raffinée.
Huit jours à vivre comme ça avec Renaud. Je lui en suis si reconnaissante qu’il me vient le désir de le choyer physiquement. Nous sommes en train de nous reposer sur le lit, je veux que mes baisers tendres accèdent à son ventre, mais la porte s’ouvre sur sa femme. D’un geste il s’est recouvert de la couverture et moi, allongée à une distance décente, en slip et en soutien-gorge. C’est la seule chose sur laquelle sa femme pourrait tiquer, mais elle regarde les objets offerts par la maison, dont elle apprécie le service. Moi, je suis éberluée de me savoir en soutien-gorge, ce qui me sauve la face pour l’instant, car je n’en ai jamais porté de ma vie.
Cette fois, le sang qui fait tache au sol est noir fumé, un peu boueux. C’est plus facile pour l’éponger avec un morceau de coton. C’est le seul morceau que j’ai, que ferais-je si cela dégringolait de moi sans protection ?

mardi, novembre 08, 2011

Le ciel grisaille, il prépare son duvet pour l'hiver

Le noble vieillard dit des siennes -walterlewino.unblog.fr

Posté par walterlewino dans : SOCIETE , ajouter un commentaire
Un seul remède à l'ennui : les problème
Tout vagin est mystère.
Tout plaisir suppose une victime.
Les névrosés parlent aux autres, les psychotiques s'adressent à eux-mêmes.
« L'Angélus » de Millet exprime davantage la foi que toutes les Piétas de la Renaissance
La roue fut plus difficile à inventer que l'ordinateur.
Quand un philosophe n'a pas de pensée originale, il en fait un livre. Quand il en a une, il en fait une école.
Que des gens aussi cons que les Américains aient pu faire un aussi grand peuple reste un mystère.
Plutôt écrire juste que bien écrire.
La basse-cour nous nourrit, la haute cour nous condamne.
Les riches ont des traditions, les pauvres des habitudes.
 Le fruit défendu dont parle la Genèse était probablement une figue : fermée c’est un scrotum, ouverte un vagin.
Suis-je raciste ? le moins possible !
On se demande à quoi ça sert de vieillir.
L’or brille tellement qu’il aveugle
 Trop et pas assez sont la pelle et la bêche du fossoyeur
Je suis trop mégalo pour être arriviste.
L’Anglais observe la femme pendant trois mois et la saute en trois minutes.
 Il m'a fallu très longtemps pour apprendre des choses que d'autres savaient de naissance.
Bach méritait-il les émotions qu'il nous apporte ?
Les rêves érotiques n’ont jamais rien d’érotique.
 Très rapidement ils couchèrent ensemble, que faire d'autre avec une femme ? (avec un homme ?)
Les femmes jalousent les épouses de leurs amants, les hommes méprisent les maris de leurs maîtresses.
De tout temps l'homme en colère a brisé son écuelle.
Un seul remède à l'ennui : les problèmes.
Etre moderne, c'est anticiper les ricanements de demain.
La femme est une voix de passage, l'homme une voie de garage...Sa jeunesse est une des rares choses qu'on puisse gâcher sans inconvénient.
La décadence date de l’invention de la roue.
La pédophilie est un vilain plaisir.
La femme a toujours connu des problèmes avec l'autorité, qu'elle la subisse ou qu'elle l'exerce.
Fauve à la maison, mouton au boulot. Chien au boulot, toutou à la maison.
La bonne langue 6 novembre, 2011
Posté par walterlewino dans : CULTURE , ajouter un commentaire
On dit volontiers pour parler d’une rupture rapide que cette passion n’a pas fait long feu. Or elle a justement fait long feu. L’expression,d’origine militaire, remonte aux anciens temps de la poudre noire, faire long feu signifiait qu’au lieu d’exploser ladite poudre partait en flammes. Ne pas faire long feu signifiait donc réussir.
Pour parler d’un malin on dit qu’il a tiré les marrons du feu. Grave erreur, relisez la Fontaine. Le baisé est celui qui retire les marrons, le chat, et le malin celui qui les croque, le singe.
Pour expliquer des suppressions importantes on parle de coupes sombres alors que l’expression est empruntée au langage forestier où les coupes sombres signifient que quelques arbres seulement sont abattus contrairement aux coupes claires qui en épargnent peu.
Et voici en guise de dessert trois expressions courantes qui relèvent d’avantage de l’incohérence que de l’ignorance :
S’avérer faux alors que s’avérer signifie se révéler exact
Un soi-disant coupable alors que précisément il est soi-disant innocent.
Partir à New York, alors qu’on prend l’avion à Paris et que l’on part pour New Yorkshire

Quéquette blues
Vous y croyez, vous, à la rédemption des détractés sexuels  pendant leur séjour en prison ?
D’abord nous n’avons pas les moyens d’embaucher tous ces psychiatres nécessaires qui eux-mêmes n’ont pas les moyens de « guérir » quiconque de quoi que ce soit. Vous en connaissez, vous, des gens que la psychiatrie ou la psychanalyse a « guéris ». On demande à les
Rencontrer. Ca leur permet de prendre leur mal en patience, de s’accepter un peu mieux, mais d’être guéri, d’être guéri de quoi ? Est-ce qu’on peut guérir du nanisme, de la haine du père, du complexe d’infériorité, des angoisses natives et de la folie des grandeurs ? Quant au 
priapisme et à la nymphomanie.
Alors, « guérir » les violeurs, les pédophiles, les tordus de la braguette et les  déviants du zizi… vous pouvez toujours les plaquer sur tous les divans des enfants de Sigmund, surtout sans les faire payer : échec garanti.
Le suivi psychiatrique n’est pas la seule méthode envisagée par nos gouvernants. Sarkozy, en personne, du temps où il n’était que ministre, suggéra un mystérieux traitement médicamenteux. On a aussi évoqué la castration, puis on a misé sur le bracelet électronique, mais à moins de le placer sur la quéquette on voit mal comment il peut empêcher la récidive.

Dernière trouvaille : la rétention de sûreté. Une fois qu’il a terminé sa peine le condamné reste en taule, à moins qu’une commission décide que le mec est totalement guéri. Viol de la loi contre viol des femmes.

Tout le monde sait cela. D’accord ! Alors ? alors ?  Si, une fois leur peine terminée, au seuil de la liberté, on demandait aux repentants, vrais ou faux, de s’expliquer, de raconter la  lente montée de la déviance jusqu’à l’irrépressible besoin de son aboutissement, de jurer qu’ils se sentent maintenant capables de la contrôler.

Mais, attention, il ne s’agit ni de révélation au psycho, ni d’aveu aux flics, ni de promesses au juge d’application des peines. Non, une grande confession publique à la télé, que tout le monde, surtout les femmes, voit bien son visage, entende bien sa voix, puisse apprécier son degré de sincérité. Une sorte de deal publique difficile à briser. Cela devrait aider un peu à mieux le comprendre, mais surtout à bien le repérer en cas de menace.

Ne pas négliger non plus le côté dissuasif chez les apprentis violeurs.

Le choix

Incessamment sous peu on pourra remplacer pièce par piece toute notre tuyauterie, au choix, si l'on me Proposait un protocole, quel est le viscère a rajeunir, pour bouster tout le reste.
Chanson: J'ai la rate qui se dilate, j'ai le foi qui......

lundi, novembre 07, 2011

Il y a un ange, mais quel est-il?

Chaque fois que je crois m'effondrer, un cadeau, un séjour idyllique dans une campagne magnifique, dans ce hameau toutes les portes sont ouvertes, on va chez le voisin prendre du poivre alors qu'il s'était servi de sel!
Puis une amie qui me remet en selle en débrouillassent x manuscrits!
Revoir Andre Ruellan qui a quatre-vingt-dix ans-est le scénariste préfère de Jean-Pierre Mocky!
On m'offre la moitié du IPad sur lequel je sévis ce soir!
Le bistrot du coin est vendu, les pochards mythos laissent la rue libre.

dimanche, novembre 06, 2011

L'amour, c'est offrir quelQue chose que l'on a pas, a quelqu'un Qui n'en veut pas. (Lacan)

samedi, novembre 05, 2011

Trio, jamais!

Avec l'un je couchais, avec l'autre je dormais!-L'un courait le dix milles mètres, l'autre sautait le cent metres haies.- L'un
était émouvant, l'autre pesant! -l'un avait de l'esprit, l'autre de l'humour!- L'un était infantile,l'autre était père de famille!- l'un était responsable, l'autre lâche!- L'un narcissique, l'autre égocentrique!- L'un charmeur,l'autre séducteur!- L'un baiseur, l'autre fornicateur! L'un était alambiqué, l'autre disert!- L'un simplet, l'autre malin!- L'un taciturne, l'autre neurasthénique!-
Je ne me suis sortie de ce dédale qu'en les perdant tous les deux.

vendredi, novembre 04, 2011

Aujourd'hui, petit goûter pain beurre, le luxe des après midi fastes.

mercredi, novembre 02, 2011

1 novembre

Ce jour des morts j'ai fait le recensement d'amis vivants, même pas les doigts d'une main.

On peut paaser des heures dans un train avec un vis à vis qui vous ignore.

L'absurdité

A chaque ratage je me chante la chanson de Charles Trenet: Le soleil a rendez-vous avec la lune, et la lune ne le sait pas, et le soleil l'attend! Le soleil a rendez-vous avec la lune, mais la lune ne le voit pas! La lune est là, la lune est là, mais le soleil ne la voit pas! Pour la trouver, il faut la nuit et le soleil ne le sait pas!

lundi, octobre 31, 2011

Merci Benauge!

J'ai mange mon miel fait de paysages arborescents, de belles demeures en pierres du pays, de la gentillesse des habitants, et de la drolatique colérique du seigneur du hameau. Presque tous les villages se terminaient en ac, sans aucun hic...

mardi, octobre 25, 2011

Un couple avec un chien s'installe au restaurant juste derrière un vieux monsieur: J'espère qu'il n'est pas antisémite! s'exclame ce dernier, désignant la bête qui vient entre ses jambes.

Le temps des figues

Je me suis disputé les quelques figues qui restaient accrochées à l'arbre avec les guêpes, il est temps de rentrer. Il y aura tout de même l'apéro devant un feu de joie avec les termites.
Le voisin ne veut pas vendre ses cabanes en pierres, elles sont soit en bord de route, soit cachées dans les broussailles: Tu ne vas pas te faire égorger, toute seule, là!

25 octobre 2011
Judas & Jesus, de Claudia Romero et Olaf Encke (Allemagne, 2009)
a remporté le grand prix du 8e Court Métrange qui s'est tenu à Rennes le week-end dernier.
On trouvera ICI les détails et le reste du palmarès.
http://susauvieuxmonde.canalblog.com/

lundi, octobre 24, 2011

J'ai toujours pensé que la méchanceté était un formidable moteur pour la longévité, l'énergie électrique pour vivre vieux.
En exemple, les compagnes de ces messieurs les humoristes, lesquelles se suicident, pendant qu'eux font assaut d'esprit en public, nous laissant sur le carreau.
Le vent est si fort ce matin qu'il enroule le tapis de la chambre.

André Berkof

Il y a deux sortes de célibataires: Les célibattants et les célibattus!
C'est une phrase de Jean-René CHAUVIN (militant à la SFIO, trotskyste,il fut déporté en 1943, est mort cette année)

"Après être passé par Auschwitz et par Mathausen, l'ambiance à Buchhenwald me parut beaucoup plus détendue !".

samedi, octobre 22, 2011

http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20110928.OBS1329/pur-topor.html


05-10-11 à 11:34 par Leménager Grégoire Réagir

Quinze ans après sa mort, l'auteur des «Mémoires d'un vieux con» reste un maître de l'humour noir. La preuve avec un inédit et deux chefs-d'oeuvre.

"Le locataire chimérique", par Roland Topor. Roland TOPOR (1938-1997) était à la fois dessinateur, peintre, écrivain, poète, chansonnier, cinéaste... Collaborateur notamment du journal «Hara-Kiri», ce maître de l'humour noir est l'auteur de nombreux romans, nouvelles et pièces de théâtre comme «Portrait en pied de Suzanne», «Café Panique» ou «Batailles»(coécrit avec Jean-Michel Ribes). (c)ADAGP, Paris 2011.
RÉAGIR
Quelle allure aurait le XXe siècle sans Roland Topor? Une chose est sûre: il en aurait beaucoup moins. Il n'y a qu'à lire ses «Mémoires d'un vieux con» (1975), dont le vieux con de héros, ce zéro, raconte avoir couché avec Sarah Bernhardt, bu des coups avec Lénine, soufflé à Orwell l'idée d'un roman qui se passerait en 1984, papoté avec Lévi-Strauss et inventé le cubisme sous le nez de Picasso - qui lui a tout piqué.

Sa «part de responsabilité dans le suicide de Marilyn Monroe» resterait encore à élucider, mais il faut bien respecter un peu la modestie d'un si grand personnage: «Un homme peut incarner l'histoire. J'ai été cet homme-là pour l'histoire de l'art. L'aveu me coûte, car il peut passer pour celui d'un cuistre ou d'un vaniteux. Ce n'est pas le cas.»

A côté Malraux, qui naturellement l'admirait beaucoup, fait figure de moine bénédictin; et BHL lui-même semble jouer petit bras.

La réédition d'un aussi délirant chef-d'oeuvre de name dropping égotiste suffirait à notre bonheur, d'autant que le camarade Delfeil de Ton en signe la préface. Sauf que, pour le quinzième anniversaire de la mort de Topor, un bonheur peut en cacher deux autres. Voilà repris en poche son «Locataire chimérique» (1964) qu'avait adapté Polanski en 1976, où il est question d'une espèce particulièrement dangereuse pour l'homme: le voisin.

Ca commence comme chez Marcel Aymé, ça se termine comme chez Kafka; et il est impossible de savoir si ce qu'on lit est hilarant ou terrifiant. C'est donc bien du Topor, qui n'a pas son pareil pour montrer combien l'univers est mal fait.

Il le confirme enfin dans un savoureux recueil d'inédits complètement paranoïaques, où il apparaît qu'on ne se méfie jamais assez de la fourberie des tables, du temps qui passe et, surtout, des vaches noires, puisqu'il est évident qu'elles «portent la poisse.»

François Rollin, qui présente ces nouvelles, résume assez bien le «génie» de leur auteur: «Avec les mots de tout le monde, sans effet de style, il fabrique un univers magique et souriant qui nous aide à comprendre le monde et à le vivre mieux»

La preuve: plutôt que de «s'obstiner à vouloir des sous», Topor préconise de se ruer sur «les langoustes, les truffes, la gastronomie, les grands vins, la Terre qui est si belle et les femmes si jolies.» Tout simplement.
Grégoire Leménager

Vaches noires et Mémoires d'un vieux con,
par Roland Topor,
Wombat, 160 p., 15 euros chaque.

Le Locataire chimérique,
par Roland Topor,
Phébus, 208 p., 7,50 euros.

=> A lire sur BibliObs: «L'argent, qu'est-ce?», texte inédit extrait des «Vaches noires»

Source: "Le Nouvel Observateur" du 29 septembre 2011http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20110928.OBS1329/pur-topor.html
J'ouvre les volets, cueille cinq figues et ramasse cinq noix, plus un bol de thé en terrasse. Chaque jour, aux petits oiseaux, Dieu donne leur provende! en racontant ça à mon hôte, il rétorque: Dieu c'est donc moi!

mercredi, octobre 19, 2011


"L'état de santé de Mme Dedieu, l'incertitude sur les conditions de sa détention, le fait que les ravisseurs aient probablement refusé de lui remettre les médicaments que nous lui avons envoyés, nous conduisent à craindre que cette issue tragique soit malheureusement la plus vraisemblable".



Pas de salle assez grande pour vous accueillir qui soit disponible. En dépit de ce que nous vous avions annoncé, le meeting n'aura pas lieu.

Un grand rassemblement est en revanche prévu pour Mars, quelques semaines avant les élections. Il permettra aux partis politiques invités et présents de se prononcer au sujet des conditions d'accueil et de la nouvelle désorganisation en psychiatrie. Nous aurons ainsi l'occasion de mesurer l'engagement citoyen de chacun.

D'ici le mois de Mars, de nombreuses réunions seront organisées dans toute la France. N'hésitez pas à le signaler autour de vous.

Le rassemblement de Mars, préparé par ces réunions, doit initier un état des lieux des pratiques et les conséquences de la loi du 5 Juillet 2011. Le débat avec les politiques n'en sera que plus éclairant et fructueux.

Le Collectif des 39

Message sent with poMMo. http://collectifpsychiatrie.fr

L'un tutoie l'autre, l'autre pas.


Yves et Walter

mardi, octobre 18, 2011

Viens mon bébé!

Julie m'accompagne au village en voiture pour prendre RV chez le dentiste, j'ai perdu une dent. En cours de route le médecin appelle, c'est pour l'après midi: "Alors on rentre!- Ah! non, regarde, il est si content d'aller se promener, je ne peux pas le décevoir!" Nous prenons donc une consommation à une terrasse, le petit chiot frétille aux pieds de sa maîtresse et gronde lorsqu'il voit passer des chiens: Mission accomplie.
Cela me rappelle qu'à Florence avec Suzy et ses deux enfants âgés de trois et quatre ans, nous avions fait du stop pour rentrer au village du Club à Donoratico où nous étions GO (gentil organisateur) toutes les deux. En parlant avec le conducteur nous apprîmes qu'il allait à Rome. Ma soeur me regarda: Tu imagines, Rome direct! Les enfants, nous n'avons pas d'argent, on ne sait si on passera la nuit dehors, alors dormez maintenant!
Le conducteur inquiet de cette équipée de deux folles s'arrêta devant la grille du Club: Ah! Non! Je ne peux pas réveiller les petits et leur dire qu'on est pas à Rome!

samedi, octobre 15, 2011

Une silhouette haute flanquée d'un bonnet de marin, le corps enveloppé dans une vieille robe de chambre en laine des pyrenées trouée, c'est l'homme aux oiseaux, chaque matin il prend son petit déjeuner sur sa terrasse en nourrissant les mésanges, on pourrait le croire déguisé en épouvantail, ça l'amuse, son regard goguenard défie les petites bêtes, et les grosses comme nous qui riont.

Dormir guérit de tout

On ne sait jamais ce qui préside au sommeil, la journée a été bonne et une fois au lit la sarabande des frustrations, comme le désir incontrôlable, qui vient ou s'échappe à la seconde à cause d'un geste, d'un mot, d'une image inopportune, quand est-ce qu'on sait qu'on aime...

vendredi, octobre 14, 2011

Moi aussi!

A l'autre bout du fil, je ne sais ce qui se raconte, mais invariablement, l'interlocuteur en face de moi répond: Moi aussi!
C'est comme cela que j'ai compris avoir été remplacée.

jeudi, octobre 13, 2011

Un océan de bois

Je marche des heures dans les sentiers espérant reconnaître les quelques toits en pente du hameau, au dessus des crêtes de milliers de chênes tous dorés par cet été indien, entre, des prés, quelques vaches joliment rousses ou couleur sable, des moutons, et les chiens qui grondent à l'approche d'intrus, les maisons endormies sont portes ouvertes, mais tout le monde à ramasser les noix, je marche et finit par le stop, ce sont des femmes qui s'arrêtent et me remettent sur un chemin. Un déjeuner rituel dans les villages alentours, j'y va de ce pas ou m'en reviens panse pleine, un tel calme surprend, que des sourires, rien de renfrogné, les rivières sont à sec, on fait avec la nature. Il n'y a plus qu'à attendre l'heure de l'apéro, les gens se visitent les uns chez les autres, il n'y a aucun secret qui résiste au feu des questions, bah! Il fait si bon, on pourrait croire au Paradis!
(119)*Avec une autre personne, je visite un potager rectangulaire, assez étroit, ceint de chaque côté de murs à hauteur d’homme. Je sais qu’il y a un habitant meurtrier, un grand serpent. En prévision de son attaque, je me hisse à califourchon sur le mur, me retenant à la branche d’un arbre de l’extérieur dont la ramure vient au-dessus du mur. Je me dis que le serpent peut très bien être dans ce feuillage sans qu’on le voie, se glisser sur le mur… et je serais cuite. L’animal sort de dessous la terre, immédiatement il a trouvé une proie, une mangouste ou un rat, je ne sais exactement. Le petit animal, condamné d’avance, se défend. Bien que je trouve cela cruel, je veux voir comment techniquement il pourrait faire face. Le petit réussit à mordre les joues du gros serpent, et celui-ci, blessé, avale la tête du rat et d’une seule dent lui fait la piqûre meurtrière dans la nuque. Il ne lui reste qu’à avaler le reste du corps. Puis le serpent se glisse hors du potager par un trou à la base d’un mur.
Dans la rue, c’est l’animation d’un marché. Un homme, porteur d’une grosse côtelette, l’offre au serpent. Celui-ci n’y trouve pas grand intérêt. Son instinct de chasseur ne trouve pas son compte dans de la chair inerte. Alors il sort sa mâchoire de rechange et lui offre ce cadeau à déglutir.

mardi, octobre 11, 2011






Jean Gourmelin
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher Cet article est une ébauche concernant une personne.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean Gourmelin (né le 23 novembre 1920 à Paris) est un dessinateur, de l'idée, de l'absurde et du fantastique avec un univers personnel unique et fort, d'influence surréaliste.

Grand prix de l'Humour noir en 1969.

Son univers est sombre et souvent proche de celui de Roland Topor dans une technique graphique différente.

Cette noirceur atteint peut-être son plus haut point dans l'illustration qu'il a faite des textes de H.P. Lovecraft dans le recueil de nouvelles Dans l'abîme du temps.

De 1953 à 1969, il collabore, comme son cousin Claude Serre, avec le maître verrier Max Ingrand pour le compte duquel il réalise de très nombreux vitraux.

En 1964, il confectionna les costumes et les décors pour Le Golem (téléfilm en 1967), et en 1971 ceux pour L'homme qui rit (3 épisodes pour l'ORTF- 1971).

Dessinateur de presse il illustra les billets d'humeur de Jacques Sternberg à France-Soir du temps de Pierre Lazaref, puis engagé par Walter Lewino, il sera journaliste au Point pendant 14 ans mais ses participations à d'autres titres sont nombreuses : Planète, Bizarre, Zoom, Hara-Kiri, Plexus, Charlie-mensuel, Pilote, Elle, Le Monde, Le Figaro, Connaissance des Arts, France-Soir...

Recueils de dessins publiés : Le Hasard, Pour tuer le temps, Cent onze Gourmelin, Instants d'espace, A la mémoire de l'humanité...

Nombreux livres illustrés (Rimbaud, Leroux, Maupassant, Sternberg, Hugo, Claude Klotz) et affiches diverses (Notre-Dame de Paris, Les Misérables de Robert Hossein).

Expositions collectives et personnelles en France et à l'étranger dont une grande rétrospective de son œuvre à la Bibliothèque du Centre Pompidou du 18 juin au 29 septembre 2008 : Les univers de Jean Gourmelin Dessins.

Exposé du 12 juin au 12 septembre 2010 avec une vingtaine de créateurs contemporains en dessin pour un hommage au dessinateur Alfred Kubin(1877 - 1959), au centre d'art de l'abbaye d'Auberive.

La Ville de Vendôme rend hommage à GOURMELIN lors d'une grande exposition à la Chapelle Saint-Jacques du 14 au 25 septembre 2011.

Jean Gourmelin est mort ce dimanche 9 octobre, il serainhumé au cimetière de Meudon ce jeudi 13 Octobre 2011.